JfgW__bltReQnHVKFF2zZBE6csSv9tKdmRaY-8HtS-woFPWJd1QLqIPqYR50fhA9v-Fb49g2bBdofvg-iPZVBq8A0110FHcI6z2CQf3WdotK5Mzr6RaS

La compression dans tous ses états !

Le compresseur est un outil de traitement qui au départ, à été pensé pour maîtriser la dynamique d’un signal audio, notamment quand celle – ci comprend des écarts trop importants pour être corrigée en temps réel à la prise (un exemple extrême: un chanteur qui passerait en quelques secondes d’une voix très douce à un hurlement !!). Au fil des années l’utilisation du compresseur a beaucoup évolué, au point de devenir un véritable effet à part entière permettant de sculpter très librement l’enveloppe des sons. Voici quelques unes de ces techniques de compression contemporaine qu’on apprécie particulièrement chez Sismic, ainsi que des exemples aussi bien matériels que logiciels que nous avons testés et qui ont retenu notre attention :

 

Le sidechain (ou ducking) :

En envoyant un signal externe dans l’entrée sidechain d’un compresseur, (la plupart du temps nommée “key input” ou “ext sidechain” sur les compresseurs hardware) on va pouvoir déclencher (ou « trigger » en anglais) le compresseur, grâce à ce signal externe. Cette technique appelée “ducking”, permet au départ de diminuer automatiquement le volume d’une musique quand une personne commence à parler : dans ce cas c’est la piste de voix qui va « sidechainer » ou encore déclencher le compresseur qui aura été placé sur la ou les pistes musicales. Dans les musiques actuelles, c’est la grosse caisse (kick drum) qu’on a tendance à utiliser pour déclencher la compression sur les autres pistes pour donner ce fameux effet de « pompage » si répandu de nos jours.

Tubetech CL1B – face arrière, “sidechain” pour rentrer le signal déclencheur.

Fab Filter Pro C – le sidechain est présent dans la section “Expert”.

 

Le ratio négatif :

Sur un compresseur standard, le taux de compression (ou « ratio » en anglais) indique combien de décibels vont être retirés du signal d’origine chaque fois que celui-ci dépasse le seuil de compression (ou « threshold » en anglais). Par exemple un ratio positif de 2:1 va enlever deux décibels chaque fois que le signal dépasse le seuil d’un décibel. Un ratio poussé au maximum (souvent traduit par un ratio infini) ne va rien laisser passer au delà du seuil choisi et va donc écrêter le signal et écraser la dynamique (c’est le principe du limiteur). Un ratio négatif quant à lui va donc aller « au-delà de l’infini » pour permettre de dénaturer complètement un signal grâce à une compression extrême !! En “trifouillant” un peu l’attaque, le seuil et le gain de sortie, il est aussi très facile de créer de nouvelles boucles rythmiques. Ainsi on obtient un fabuleux effet de “pompage” propre à ce que fut la “French Touch” et à ce qu’est l’électro aujourd’hui. Beaucoup diront que le ratio négatif est le son des Daft Punk.

DBX 160A – Ce bon vieux classique possédait déjà le ratio négatif.

Elysia Mpressor – Un compresseur logiciel très complet comprenant un ratio négatif.

 

La compression parallèle :

L’un des problèmes de la compression c’est qu’elle a tendance à enlever des fréquences basses étant donné que ce sont souvent les premières fréquences à dépasser le seuil de compression (notamment dans les musiques électroniques ou les basses sont mises en avant).

La compression parallèle permet de résoudre ce problème en mixant le signal compressé, qui est donc souvent en manque de basses, avec le signal original qui lui n’en manque pas !

Ce n’est donc ni plus ni moins qu’un dry/wet (appelé « blend » ou mélange sur certaines machines) que l’on pourrait retrouver sur une reverb ou un delay, permettant un dosage très simple une fois qu’on a trouvé le niveau de compression maximum souhaité.

TK Audio-BC1 –  le “blend” complètement à droite

DMG Audio Compassion – un dry/wet en haut à gauche permet de doser la compression parallèle.

 

Pour finir, une petite dédicace au Al.so Dynax une machine made in France créée par Olivier Bolling, ancien responsable technique des fameux studios Plus XXX.

Limiter stereo, doté d’un mode ratio négatif (Antidyna), ainsi qu’un filtrage des fréquences basses (Bass Drive) pour que celles – ci ne passent pas dans la compression, le Dynax est une excellente machine pour sculpter les sons.

 

A bientôt chez Sismic