Vu2

Les secrets d’une prise de son parfaite #1

Suite à notre article sur la chaîne du son, et maintenant que vous avez pu vous équiper avec des matériels cohérents, vous avez été nombreux à nous demander quelles étaient les astuces à mettre en place pour réussir à coup sur une bonne prise de son.

Suivez le guide ! (1/4)  >  Le musicien et son instrument
Voici en quatre chapitres, les techniques indispensables pour réussir une prise de son parfaite !

1 – Le musicien et son instrument

cellos2_Snapseed
Cela peut paraître évident, mais il sera absolument impossible de réussir une bonne prise de son d’un mauvais musicien ou d’un mauvais instrument . . . ou pire, des deux !!

Pour juger la qualité d’un instrument c’est très simple, il suffit de se mettre en face . . . et d’écouter !
Si l’instrument ne sonne pas dans une acoustique réelle, il y a peu de chance qu’il sonne sur un enregistrement.
Et surtout, si l’instrumentiste ne l’a pas fait, pensez à accorder l’instrument, et bien sûr, on ne parle pas que des instruments à corde (l’accordage d’une batterie demande une attention toute particulière et c’est aussi le rôle de l’ingé son de s’en assurer).

Concernant la qualité d’un musicien, on ne s’attardera pas sur les prétentions artistiques, qui est un débat des plus subjectif qui ne regarde en rien l’ingénieur du son, mais pour ne parler que de technique, on partira du principe qu’un bon instrumentiste qui connait bien son instrument, sera à même de faire sonner celui ci dans n’importe quelles circonstances, et surtout d’adapter son jeu et son son au morceau.
Cela concerne bien évidemment aussi les chanteurs/chanteuses qui devront adapter leur instrument (la voix) à la situation (on ne chante pas de la même manière en live qu’en studio).

Beaucoup de professionnels s’accordent à dire que 50% de la qualité d’une prise vient du musicien et de son instrument.

Captation
Donc messieurs les ingénieurs du sons, prenez soin des artistes que vous enregistrez, mettez les dans les meilleurs conditions possibles pour qu’ils donnent le meilleur d’eux même, car même le meilleur musicien du monde fera une prise pourrie dans des mauvaises conditions d’enregistrement !

Donc ouvrez grand vos outils :
Si le ou les musiciens demandent plus de son dans leur casque, faites le.
S’ils demandent un peu de reverb pour être à l’aise, faites le.
S’ils ont besoin d’être dans le noir parce qu’ils sont timides, faites le.
S’ ils ont besoin de tous jouer dans la même pièce, quitte à avoir de la repisse, faites le.
S’ils ont du mal à jouer au clic et qu’ils vous demandent de jouer sans, quitte à ce que le tempo bouge un peu mais qu’en contrepartie ce soit plus vivant, faites le.
Si la prise n’est pas terrible, évitez de leur dire que c’est nul, soyez plus diplomate, commencez par leur dire que la prise est bonne mais qu’il faudrait revoir un peu le timing ou la justesse, ça passera mieux.

drums2
Entre deux prises parlez leur, il n’y a rien de plus paralysant pour un artiste que de vous voir derrière votre vitre avec votre regard inquisiteur et dans un silence total et glaçant !
Ne faites pas attendre les musiciens, la première prise est très souvent la meilleure, ne les faites pas jouer 50 fois le morceau pendant que vous faites vos réglages, c’est à vous d’être à la disposition des artistes et pas l’inverse, à vous d’être prêt dans toutes les circonstances !

Une bonne séance d’enregistrement est une séance qui à été bien préparée !
Et pour finir . . . souriez !

Le chapitre 2 sera la semaine prochaine et portera sur la pièce, l’environnement.