KariSm productions

Les secrets d’une prise de son parfaite #2

Suite à notre article sur la chaîne du son, et maintenant que vous avez pu vous équiper avec des matériels cohérents, vous avez été nombreux à nous demander quelles étaient les astuces à mettre en place pour réussir à coup sur une bonne prise de son.

Suivez le guide ! (2/4)  >  La Pièce
Voici en quatre chapitres, les techniques indispensables pour réussir une prise de son parfaite !


2 – La pièce

C’est le paramètre qui est le plus souvent sacrifié !

Mais là encore une fois, il faut faire preuve de bon sens : comment réaliser une prise de son convenable dans une pièce avec une mauvaise acoustique ?
Le micro ne va capter que ce qu’on lui donne, donc si ça ne sonne pas bien aux oreilles, ça ne pourra surement pas bien sonner sur un enregistrement !

Et que dire des pièces possédant une réverbération naturelle, ou encore des pièces bruyantes (proximité d’un ordinateur, d’un frigo, d’une rue, … ).

Micro onde
On a trop tendance à croire que ce sont des défauts qui vont pouvoir être récupérés au mixage par l’ingénieur du son/magicien !
Et devinez quoi : c’est impossible !

!!! LE SON SE FAIT A LA PRISE !!!

Et pour résoudre ces problèmes il existe deux solutions : le traitement acoustique, et l’isolation phonique.

KariSm productions Studios

KariSm productions Studios

Le traitement acoustique à pour but de traiter les fréquences et résonances à l’intérieur d’une pièce.
Pour cela les murs, le sol et le plafond vont être traités avec des matières spécifiques qui vont avoir pour but soit d’absorber certaines fréquences indésirables, soit de diffuser certaines fréquences désirables que la pièce absorberait naturellement.

3
C’est un travail qui doit être réalisé par un acousticien professionnel étant donné que chaque pièce va être différente, en fonction notamment de leur taille et de la composition de leur paroi (murs en pierre, vitre sur un mur, sol en carrelage …).

Il existe cependant des kits de traitement à prix abordable, composés de panneaux de mousse et de pièges à son à poser soit même.

1

Attention cependant, le but de ce genre de kit est d’absorber toutes les fréquences sans distinction particulière, et on peut vite se retrouver avec un son trop mat, ce qui peut être un avantage quand on ne fait que de la prise de proximité, mais n’oublions pas que ce qui donne de la vie et de l’air dans une prise de son c’est l’acoustique d’une pièce qui respire.

2

L’isolation phonique quand à elle à pour but d’isoler la pièce des bruits extérieurs et inversement.

C’est grâce à elle que vous resterez amis avec vos voisins même avec un batteur qui se la donne à fond à 4h du matin, et inversement qui va vous permettre d’enregistrer une personne qui chuchote malgré la démolition d’un immeuble à coté du votre !

Et c’est aussi le procédé qui coute le plus cher !

Pour cela il n’y a pas des milliards de possibilités, il faut appliquer le principe de la « boite dans la boite » : construire une nouvelle pièce à l’intérieur de la pièce existante où tous les nouveaux murs vont être indépendants et isolés des murs d’origine pour éviter toute transmission aérienne mais aussi solidienne du son (par vibration).

Isolation

C’est donc un procédé très compliqué et très couteux mais oh combien indispensable quand on n’a pas la chance d’avoir un local d’enregistrement en plein milieu d’un désert !

Le chapitre 3 sera la semaine prochaine et portera sur le placement du micro.